Sven Giegold
Mitglied der Grünen/EFA-Fraktion im Europaparlament

Sprecher Europagruppe Grüne

Transparence et lobbies: Le Parlement demande une plus grande transparence dans les institutions

Le Parlement européen demande des règles plus strictes sur le lobbying. Une majorité de députés européens a adopté (1) aujourd’hui le rapport du député allemand Verts-ALE Sven Giegold sur «La transparence, la responsabilité et l’intégrité dans les institutions de l’UE». Ce rapport Verts-ALE a reçu l’appui des sociaux-démocrates, de la GUE, de l’ECR et de l’ALDE, isolant le groupe PPE qui s’est vigoureusement opposé à l’amélioration des règles de transparence.

Pour le rapporteur, Sven GIEGOLD, ces règles soutenues par le Parlement devront être appliquées à toutes les institutions de l’UE :

“C’est un grand succès que le Parlement européen appuie une transparence considérablement accrue sur les lobbies et des règles plus strictes contre les portes tournantes. Le Parlement européen a pris à bras le corps le problème du sentiment qu’il existe une proximité malsaine entre le milieu politique et les grandes entreprises. La longue bataille pour plus de transparence et d’éthique a donc payé.
En mettant en œuvre les règles adoptées aujourd’hui, les institutions de l’UE ont une occasion unique de devenir des pionniers sur la transparence des lobbies.

L’empreinte législative, demandée par le Parlement européen, permettra aux citoyens de comprendre en un coup d’œil qui a pu influencer la rédaction de la législation européenne. Le registre de transparence sur les lobbies – qui jusqu’ici était volontaire – deviendra plus contraignant car les lobbyistes devront s’y inscrire pour avoir accès aux législateurs.

Berlin, Paris et les autres capitales ont des règles de transparence sur les lobbies moins exigeantes et il serait bon qu’elles suivent ces nouvelles règles. Les progrès réalisés au sein du Parlement font du Conseil la dernière des trois institutions majeures de l’UE à permettre l’accès des lobbyistes non enregistrés.

Les députés ont également rejeté les tentatives indignes du député Markus Pieper de limiter le rôle de la société civile européenne. Les démocrates-chrétiens souhaitaient qu’une autorité gouvernementale contrôle les ONGs en évaluant si leurs arguments se fondaient sur des faits vérifiables. Cette approche commune à la Russie, Cuba ou au Venezuela, est indigne de la démocratie en Europe

La décision d’aujourd’hui a néanmoins été ternie : il est honteux que les députés aient voulu conserver des normes moins strictes pour eux que celles en vigueur pour les employés de la Commission européenne. Sur la transparence obligatoire des lobbies et le durcissement des règles relatives aux portes tournantes, la majorité du Parlement a décidé de ne pas saisir l’opportunité. »


(1) 368 votes pour / 161 contre / 60 abstentions.