Sven Giegold
Mitglied der Grünen/EFA-Fraktion im Europaparlament

Sprecher Europagruppe Grüne

Unser Gastbeitrag in Le Monde: L’accord sur l’union bancaire est un coup d’épée dans l’eau

 

Englische Version:

Who really wants a banking union ?

In June 2012, the heads of State and government of the European Union reached a landmark political agreement aiming at breaking the vicious circle linking the States and their banks. Indeed, as Member States ran to the rescue of their banks, private debt was effectively nationalized, which caused a hike of more than 20% in the sovereign debt to GDP ratio in Europe. The situation reached unprecedented highs in Ireland and Spain, which according to that metric jumped from being among the best-in-class to the worst. Banks that were international in life became very national in illness and death, straining the national budgets to the extreme, with a host of severe social consequences.

The June 2012 decision was that Eurozone banks (as well as those of non-Eurozone Member-States who would choose so) in stress  would henceforth be rescued through emergency intervention not of their home-State but rather of the European Stability Mechanism (ESM), the Eurozone rescue fund set-up to provide emergency loans to Member-States in crisis. This fund is still made of public money, but distributes the burden of the potential rescue measures across the Eurozone, thereby alleviating the impact on the home Member-State of the bank(s) in stress. Quite obviously, such burden-sharing would be unacceptable without appropriate controls : if banks could ultimately call upon a common public backstop at the Eurozone level, they should come under common supervision at that same level, so as to avoid potential forbearance by national supervisors. But common supervision would not do the trick without the authority to decide upon the resolution, that is the restructuring, of a failing bank being centralised as well. Similarly, in case of failure of a bank rescue, a common deposit guarantee should enable the protection of depositors across the Eurozone.

Thus was born the idea of the Banking Union, the most ambitious pooling of sovereignty attempted by EU Member States since the creation of the Euro. It would ultimately rest on three pillars : a single supervision mechanism (SSM), a single resolution mechanism (SRM) and
a single deposit guarantee scheme (SDGS). The latter component was almost immediately discarded by the EU finance ministers as too sensitive to even discuss and not really essential to the project, leaving it resting on two pillars.

Last September, the first pillar was established by the  European Parliament and the Council : within the next 12 months, the European Central Bank will assume the supervisory responsibility for all Eurozone banks and exercise its direct authority on the 130+ most systemically relevant ones, amounting to approximately 85% of the banking assets. If the legislative process went relatively smoothly here, the one establishing the second pillar has run into severe difficulties, not least under the permanent stonewalling of Germany, which was reluctant to the very idea of a banking union ever since the beginning.

The original SRM proposal would rest on two basic tenets : on the one hand a single resolution authority, that would see the European Commission take the decision to restructure a bank, based on a proposal by a resolution board where all participating member-States would be represented; on the other hand, a single resolution fund, drawing on contributions by the banks themselves, so as to fund resolution actions. This coherent architecture is currently being torn apart by the Council, resulting in what most stakeholders, not least Mario Draghi, the president of the ECB, decry as a single resolution mechanism that is single in name only.
Indeed, in order to retain the prerogatives of Member-States over “their” banks, the Council is making the decision process that leads to the resolution of a failing bank so cumbersome that most experts consider it unworkable, and with the Member States in the drivers’ seat, effectively tying the hands of the EU Commission. And as far as the single resolution fund is concerned, the Council prefrerence is for a  for a fund established by international treaty, thus further undermining the EU architecture.  with voting arrangements that would effectively render the mobilisation of the fund very difficult, thereby making the mutualisation of the resolution costs only a distant possibilityBy the way, that is for a resolution fund funded by the banks themselves, that is by private money; there is no longer any question of providing a common public backstop through the ESM! In short, the cost of resolving a failing bank will ultimately be left with its home Member-State.

Therefore, if the finance ministers – and Mr. Schaüble in the first place – have to be followed, the banking union is effectively close to being back to square one. Putting the Eurozone banks under the supervision of the ECB is most certainly a step forward. But as far as the original ambition of breaking the sovereign/bank nexus is concerned, the Council’s version of the SRM utterly fails the test. On the contrary, the Parliament’s version is basically keeping the original ambition of the Commission proposal intact, making the latter the authority to trigger resolution, potentially drawing on a common EU fund. Since the parliamentary majority that supports this text is overwhelming, we are headed for a showdown with the Council, with the very existence of a banking union worth that name at stake.

(s) Sven Giegold, Philippe Lamberts
Members of the European Parliament
Spokespersons of the Greens/EFA Group on economic and monetary affairs

————————–

En juin 2012, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne se sont accordés pour briser le cercle vicieux liant le destin des banques à celui des finances publiques.

En effet, lorsque les Etats membres volèrent au secours de leurs banques à partir de 2008, les pertes de ces dernières furent nationalisées, avec pour conséquence une augmentation de plus de 20 % du ratio dette publique-produit intérieur brut en Europe. La situation des finances publiques s’est particulièrement dégradée en Irlande et en Espagne, deux pays pourtant considérés auparavant comme les meilleurs élèves de la classe.

Le plan entériné en juin 2012 repose sur les principes suivants : les banques de la zone euro en difficulté (ainsi que celles localisées dans les Etats membres hors zone euro qui le désirent) pourraient désormais être sauvées grâce à l’intervention du Mécanisme européen de stabilité (MES), le fonds de secours mis en place pour octroyer des prêts d’urgence aux Etats membres en crise.

Bien qu’alimenté par des deniers publics, ce fonds répartit néanmoins le coût d’un sauvetage potentiel sur l’ensemble de la zone euro, ce qui a le mérite d’alléger la charge financière pour l’Etat d’origine de la banque en difficulté.

Un tel partage du fardeau ne peut toutefois aller sans contrôles appropriés : si les banques peuvent en dernier ressort faire appel à l’aide publique au niveau de la zone euro, elles doivent nécessairement faire l’objet d’une supervision au même niveau, afin de remédier à la tolérance excessive dont ont trop souvent fait preuve les superviseurs nationaux.

UNE AUTORITÉ UNIQUE

En outre, une supervision commune ne peut être réellement efficace qu’à condition qu’une autorité unique ayant la capacité de restructurer une banque défaillante soit également centralisée au niveau européen. Enfin, en cas d’échec du plan de sauvetage d’une banque, il est essentiel d’établir un système commun de garantie des dépôts afin de protéger les déposants sur l’ensemble de la zone euro.

En résumé, ce projet d’« union bancaire », la tentative la plus ambitieuse, depuis la création de l’euro, de mise en commun par les Etats membres de leur souveraineté, repose sur trois piliers : un mécanisme de surveillance unique (SSM), un mécanisme de résolution unique (SRM) et un système unique de garantie des dépôts (SDGS).

Cette dernière composante a toutefois rapidement été écartée par les ministres des finances européens, car trop sensible et selon eux non essentielle, de sorte que le projet ne repose actuellement plus que sur deux piliers.

En septembre, le Parlement européen et le Conseil se sont accordés sur la réalisation du premier d’entre-eux, le SSM. D’ici un an, la Banque centrale européenne prendra en charge la surveillance des banques de la zone euro, et exercera une autorité directe sur les 130 établissements les plus systémiques, qui disposent à eux seuls de plus de 85 % des actifs bancaires.

DE GRAVES DIFFICULTÉS

Si cette première étape législative s’est déroulée sans accroc majeur, celle visant à établir le deuxième pilier (SRM) s’est heurtée à de graves difficultés, notamment en raison des tentatives d’obstruction permanentes de l’Allemagne, qui ne cache pas sa réticence à l’idée même d’union bancaire depuis le début du processus.

A l’origine, la proposition SRM repose sur deux éléments principaux.

D’une part, l’établissement d’une autorité unique de résolution – où sont représentés tous les Etats membres, sans pour autant y disposer d’un pouvoir de blocage –, qui pourra proposer à la Commission européenne la restructuration d’une banque.

D’autre part, la création d’un fonds de résolution unique alimenté par les contributions des banques elles-mêmes et dont l’objectif serait de financer les actions de résolution, étant entendu que l’intervention du fonds sera précédée par la mise à contribution des actionnaires et autres créanciers à hauteur d’au minimum 8 % du passif de la banque.

IMPRATICABLE

Malheureusement, cette solide architecture a été remise en cause par l’accord intervenu entre les ministres des finances des pays membres de l’Union européenne dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 décembre. A tel point que ce mécanisme n’aura bientôt plus d’unique que le nom, comme le dénoncent la plupart des observateurs, notamment Mario Draghi, président de la BCE.

En effet, en complexifiant à outrance le processus décisionnel menant à la résolution d’une banque défaillante, cet accord le rend tout simplement impraticable. Le but de cette opération : marginaliser la Commission européenne en donnant le pouvoir de contrôle du processus aux seuls Etats membres.

L’expérience récente démontre pourtant l’existence de liens malsains entre les Etats et leurs banques. Les collusions entre élites politiques et cadres dirigeants de l’industrie bancaire ont souvent amené les gouvernements à faire primer les intérêts des banques sur ceux de leurs citoyens. D’où l’importance d’accorder le leadership à la Commission européenne, par essence moins perméable aux intérêts particuliers en matière de résolution des défaillances bancaires.

La position défendue par le Conseil européen par rapport à l’idée d’un fonds de résolution unique est tout aussi problématique.

Tout d’abord, le Conseil européen ne propose rien de moins que l’adoption d’un nouveau traité, hors du cadre de l’Union européenne proprement dite, pour yparvenir.

RETOUR AU POINT DE DÉPART

De même, les règles de vote proposées rendent l’intervention de ce fonds très difficile, limitant considérablement la possibilité d’une mutualisation réelle des coûts d’une résolution bancaire entre les Etats membres.

Et, sommet de l’ironie, il n’est désormais plus question que le MES fournisse le filet de sécurité ultime, alors même que ce principe était à l’origine du projet d’union bancaire ! Il est donc très vraisemblable qu’en cas de crise, l’Etat d’origine de la banque défaillante se retrouve à payer l’essentiel de la facture.

Nous voici donc quasiment revenus au point de départ. Si la mise en place d’une supervision unique est un progrès indéniable, l’ambition de départ de briser le lien entre les banques et les Etats est totalement remise en cause par l’accord adopté par les ministres des finances.

Le Parlement refuse cette perspective : à une très large majorité, il confirmevouloir accorder à la Commission européenne le pouvoir de déclencher la résolution d’une banque, et créer un fonds européen commun permettant de lafinancer. De l’issue des négociations qui s’ouvriront entre le Parlement et le Conseil dès janvier dépend l’existence même d’une union bancaire digne de ce nom.

 

Quelle: http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/23/l-accord-sur-l-union-bancaire-est-un-coup-d-epee-dans-l-eau_4338969_3234.html#no_mobile

Rubrik: Mein Europa

Bitte teilen!